De Busselton à Esperance

C’est sous un ciel toujours aussi bleu que nous quittons Perth à bord de notre petit camper-van. Première destination : Busselton. Une station balnéaire connue pour sa jetée de 1841 mètres (la plus longue de l’hémisphère sud). Je suis impatiente de prendre la route, mais en chemin il faut d’abord s’arrêter faire quelques courses. Les faire avec Simon n’est pas une partie de plaisir. Faire le plein de vivres avec un intégriste du bio qui accorde autant d’importance à la nourriture (c’est aussi pour cette dernière raison que l’on s’entend si bien) peu vite tourner au cauchemar même si au fond, ça m’amuse tout de même un peu. Je trépigne sur les trois minutes passées sur chaque produit. Il y en a une cinquantaine.

IMG_20150324_103436

Avant d’atteindre Busselton nous faisons une petite pause au Yalgorup National Park pour y observer des thrombolites. Ces organismes vivants semblables à de la roche descendent des plus vieux de la planète.

IMG_2820

La végétation n’a plus rien à voir avec le nord de la Nouvelle Galles du sud. Tout est plus sec, on comprend mieux pourquoi les incendies sont si fréquents. Les forêts sont moins denses et moins humides. Les eucalyptus sont principalement les seuls arbres que l’on rencontre.

Nous arrivons à Busselton pour l’heure de l’apéro. La mer sans vague offre une eau parfaitement claire. Après avoir dégusté un toast au fromage avec un bon de verre de vin nous marchons un court instant sur cette interminable jetée.

IMG_2828

Une demi-heure avant le coucher du soleil, nous arrivons à Yallingup où nous allons passer la nuit dans un camping au bord de la plage. Je prends mon premier bain en western Australia pendant que le soleil se couche sur la mer. L’eau est un peu plus froide qu’à Byron mais elle est encore plus claire. Avec de l’eau au-dessus de la taille je peux voir mes pieds sans avoir l’impression d’être dans la mer.

IMG_2842

Simon est bien parti pour préparer le repas matin midi et soir. Je n’ai pas vraiment l’intention de m’y opposer quand je vois à quel point ça semble lui faire plaisir, et puis je ne m’y risquerais pas tant il est exigeant et difficile. Au moins ce qu’il cuisine est chaque fois très bon.

IMG_20150325_074010

Le lendemain il se lève à l’aube pour aller vérifier si la mer est surfable. C’est le seul compromis qu’il a négocié pour ce road trip au sud de Perth. Il est prêt à aller où je veux du moment qu’il peut surfer de temps en temps. Malheureusement ça s’annonce mal. Les vagues sont trop petites et Yallingup est l’un des seuls endroits de la région qui ne soit pas trop fréquenté par les requins. Je n’ai pas vraiment envie de passer 8 jours ici en attendant les bonnes vagues.

Nous quittons finalement Yallingup et partons dans les alentours de Margaret River. Nous avons découvert la magnifique plage de Bunker Bay. Une plage quasi déserte, abritée du vent avec une eau bleue turquoise.

IMG_20150325_124530

De l’autre côté du Cap Naturiste, les plages sont plus exposées. Le surf est meilleur voir même assez dangereux. N’ayant toujours pas de surf nous avons dû nous contenter d’observer les surfeurs.

IMG_2935

Si la région de Margaret River est connue pour ces belles plages elle est aussi réputée pour son vin. Le long de la route, les eucalyptus se font parfois discrets pour laisser la place à de longues étendues de vignes. Évidemment nous nous sommes arrêtés faire quelques dégustations. Dans l’un des vignobles, nous avons aussi pris le temps de déjeuner. Sous les conseils d’un ami à Simon nous sommes allés à Voyager Estate. Un domaine parfaitement entretenu, avec une roseraie et un potager, un gazon fraîchement tondu, une bâtisse imposante et un drapeau australien érigé à l’entrée du domaine. Le propriétaire est paraît-il très patriote.

IMG_2945IMG_2976IMG_2940

Les régions viticoles sont souvent associées à une bonne gastronomie. Aussi le repas servi lors du menu dégustation que nous avons choisi était excellent. Je ne suis pas sûre d’avoir mangé quelque chose d’aussi bon de toute ma vie. Je n’aurais pas imaginé que ça arriverait en Australie. Six plats, pas trop copieux, nous sont servis accompagnés chaque fois d’un vin différent. Ce fut un peu cher mais c’était dérisoire par rapport à ce que ça aurait coûté à Paris (au moins deux fois le prix). Je n’oublierai jamais cette expérience gustative. Le déjeuner a duré trois heures. Repus nous sommes allés nous allonger dans le jardin avec vue sur les vignes pour une petite sieste digestive.

IMG_2954 IMG_2950

Nous avons passé la nuit dans un national park. Pas de douche, toilettes sèches (ou bush toilets) mais un endroit paisible loin de la route où l’on peut observer les étoiles et écouter les chouettes. Les nuits sont fraiches ici, je suis bien contente d’avoir gardé un pull pour les soirées et les matins où il est dur de sortir de ma couette.

Nous retrouvons la mer bleue et claire à Hamelin Bay où nous allons faire une agréable rencontre. Nous marchons le long de la plage et nous apercevons un petit groupe de personnes s’agiter au bord de l’eau. Une femme nous tend des poissons congelés et nous invite à les agiter dans l’eau pour faire venir les raies. Dix minutes plus tard, alors que je commençais à ne plus trop y croire une petite raie de 80 centimètres d’envergure approche timidement. On m’explique alors qu’il faut disposer le poisson sur le plat de la main et la glisser entre le sable et la raie. Sa bouche étant en haut de son ventre, il lui suffit juste d’aspirer le poisson dès qu’elle le sent. Nourrir cette magnifique créature aussi familière fut un moment extraordinaire. Quelques instants plus tard, plusieurs autres raies ont fait leur apparition dont une plutôt impressionnante. J’ai été surprise en les caressant de constater que leur peau était si douce.

IMG_3017IMG_3037

Plus éloignées de la côte, il y a dans la région de magnifiques forêts. D’immenses eucalyptus qui font parfois plus de 60 mètres de hauteur ont poussé. L’un d’eux, le Gloucester Tree est équipé de longs barreaux en colimaçon jusqu’à la cime. J’ai gravi les 53 mètres jusqu’à la passerelle d’observation. Je n’avais aucune protection si bien qu’une fois redescendue j’étais assez fière de l’avoir fait.

IMG_3113IMG_3143IMG_3138

Triste paysage sur le retour vers la mer. Un récent incendie a tout ravagé. L’odeur du bois brûlé est encore très présente. Les troncs sont noirs et les feuilles roussies par la chaleur. Il faudra du temps pour que cette partie de la forêt reprenne ses couleurs d’avant. Sur les bas-côtés, quelques timides fougères commencent tout juste à renaître.

IMG_20150328_135509

Nous sommes en direction de Denmark. Nous aimons tellement cet endroit qu’arrivés là-bas nous décidons d’y rester deux nuits. Simon a enfin trouvé un endroit où il pouvait surfer. On nous donne les coordonnés d’un certain Mike Neunuebel (dont le nom figure aussi dans le lonely planet) qui pourra nous louer une planche.

La plage est belle mais il y a beaucoup d’algues dans la mer. J’en retrouverai dans mes cheveux encore deux jours plus tard.

IMG_3154IMG_3197

Après une nuit en camping, où l’on a pu assister à un combat entre deux kangourous, nous contactons Mike qui nous donne rendez-vous chez lui pour récupérer la planche. Avant de partir surfer il nous propose de garer le camping-car chez lui pour y passer la nuit. Bien sûr nous ne rechignons pas devant une nuit gratuite si gentiment proposée.

Après une petite séance de surf nous partons déguster quelques bons fromages dans une laiterie à proximité. Camembert, brie, Boursin et autres fromages à pâtes dures, je ne suis pas dépaysée de mon pays. Le pain est bon mais ça ne vaut pas une bonne baguette. C’est ce que j’apprécierai le plus lors de mon retour en France.

20150329_125616

On est retourné surfer le soir, puis le lendemain après notre nuit chez Mike. Cette fois ça y est, c’était la dernière fois que je surfais en Australie.

IMG_3177IMG_3186

Nous conduisons en plein bush. Je n’avais pas revu ce paysage depuis longtemps : chaussée orange et buissons arides à perte de vue.

La route est longue. Je suis heureuse d’arriver à notre prochain campement : Bremer. Avant de regagner le camping, nous admirons du van le coucher de soleil sur la mer. Un verre de vin à la main, le spectacle est extraordinaire.

IMG_6466

Le lendemain j’ai un peu du négocier avec Simon la dernière étape jusqu’à Esperance. Quatre heures et demie de route pour voir des plages sous un temps incertain n’était pas facile à vendre. Il a cédé devant mon air de chat potté et nous sommes partis sur une route interminable en plein bush. Je scrutais la moindre éclaircie en priant pour que le temps s’améliore.

Peu de temps avant Espérance nous avons bifurqué sur la Great Ocean Drive. Une route qui longe le littoral et offre une vue spectaculaire sur de grandes étendues de plages. Même sous un temps gris la couleur de l’eau était d’un bleu turquoise. Nous avons aperçu quelques dauphins au loin.

IMG_3263

Sur la route se succédaient plusieurs plages idylliques toujours aussi désertes. Nous avons fait une longue pose sur Blue Haven, un havre bleu qui porte bien son nom. Nous étions complètement seuls sur la plage. Entre deux bains dans une eau transparente et sous un ciel plus clément nous avons pique-niqué sur un gros rocher.

IMG_3273IMG_6545

Avant de prendre la route du retour, nous avons fait un bref passage dans la petite ville d’Esperance. Un endroit agréable et pourtant si loin de tout. Simon, a qui j’avais dit que les plages d’Espérance étaient soi-disant les plus belles d’Australie, n’a pas regretté d’avoir fait ce long trajet. D’autant plus que le coucher de soleil sur le retour en valait la peine.

IMG_3311

Il est temps de repartir pour Perth. Plus de 700 km nous attendent sur une route en plein bush sans réception radio ni internet.
La région était fantastique. Ces neuf jours étaient parfaits, aussi bien avec Simon qu’avec le reste. Ces vacances vont rendre nos adieux encore plus difficiles.

Nous faisons juste une halte pour voir la Wave Rock, une formation granitique d’environ 60 millions d’années. Formée par l’érosion, elle reproduit la forme exacte d’une vague de 15 mètres sur le point de déferler. Quelques agaçantes mouches viennent nous tourner autour, ça me rappelle beaucoup ses moments passés avec Maya, Alexis et Jens en road trip vers Kings Canyon.
C’était ma dernière vague ici et comme mes souvenirs de l’ouest australien, elle restera figée bien des années encore.

IMG_6650.

Publicités
Catégories : Western Australia | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “De Busselton à Esperance

  1. MARIE Elsa

    trop chouette!!à tout bientôt et courage pour les adieux avec Simon!!bisous de zazou

  2. Maxence K

    Super article Aurélie 🙂

    On ne s’ennuie pas, vraiment j’ai pris un grand plaisir à le lire.

    Tu n’as d’ailleurs fait qu’ accroître mon envie de partir vers l’Australie occidentale !!

    En espérant lire tes prochaines aventures, vers d’autres cieux,

    bon voyage …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :