Dans l’avion pour Auckland

Je suis à bord de l’avion qui me mène en Nouvelle-Zélande. Là-bas je suis censée retrouver mes parents. Censée oui, car pour l’instant ça se présente plutôt mal. Ils m’ont appris qu’ils étaient bloqués à Dubaï. J’arrive donc avant eux et je vais devoir gérer toute seule la location du camping-car qui nous permettra de faire notre road trip au pays des kiwis. Je dois donc arriver à l’agence de location avant sa fermeture. J’aurais tout juste 40 minutes pour passer les contrôles de frontières, récupérer mon bagage et ne pas manquer la navette qui doit m’emmener à l’agence. Une fois que j’aurais récupérer le camping car je dois le conduire jusqu’au camping où je vais devoir passer ma première nuit toute seule.
Le lendemain je dois aller chercher mes parents à l’aéroport (avec le camping car ?).

J’ai relevé ce challenge même si ça me semble franchement complètement impossible. Conduire un tel véhicule dans un pays étranger où la conduite est à gauche ; où la boîte de vitesses est automatique ; où je n’ai pas de GPS ; où je n’ai pas de téléphone et le tout dans un timing très serré est sûrement un peu ambitieux.

J’ai donc une petite montée de stress, une boule dans le ventre, je n’ai plus faim depuis des heures et j’ai les mains moites. Je vérifie régulièrement l’heure estimée d’arrivée sur le tableau de bord.
L’ambiance est beaucoup moins détendue que les jours qui ont précédés mon départ de Melbourne. J’ai passé les 11 derniers jours à Byron Bay. Là-bas j’ai retrouvé Simon et l’atmosphère relaxe de Byron. Au programme : repos, surf, soleil, mer chaude, marchés
locaux…

Simon et moi

Simon et moi

J’ai découvert Nimbin, une ville de hippies où la cannabis semble être vendu en toute légalité. J’ai fait un tour à Bangalow, une petite ville plutôt chic où l’on se régale de produits du terroir.

IMG_20150102_143232
J’ai rencontré des gens très intéressants, exclusivement des australiens. Adam, un concepteur et joueur de didgeridoo. Fin, un architecte qui a fuit effervescence de Sydney pour l’ambiance bohème de Byron. Martha, la coloc de Simon, jeune et belle polonaise globe-trotteuse qui a fini par s’installer en Australie après y avoir rencontré l’amour.

Des futurs didgeridoos

Des futurs didgeridoos

Simon et Adam

Simon et Adam

Je n’ai croisée la route d’aucun français pendant ces quelques jours. L’immersion en anglais m’a fait le plus grand bien.
Ma séance de surf quotidienne a porté ses fruits. Je suis toujours aussi impressionnée par la hauteur et la puissance des vagues et j’ai un mal fou à ramer pour les atteindre.
J’arrive cependant beaucoup mieux à me hisser sur ma planche. J’ai même réussi à prendre une vague sur 150 mètres. Je dois maintenant parvenir à les prendre de côté.
Je reviendrais à Byron Bay après la Nouvelle-Zélande. J’aurais alors du temps pour progresser.

IMG_20150106_145127
Je sors brusquement de mes agréables pensés pour regarder de nouveau l’heure à laquelle je suis censée arriver. Ça change toujours de quelques minutes mais ça reste toujours trop court pour la mission qui m’a été confiée…

IMG_20150107_122312IMG_20150107_122857
Dans 27 minutes, le marathon va commencer…

Publicités
Catégories : En transit | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Dans l’avion pour Auckland

  1. Brigitte

    Tu vas très bien te débrouiller Aurélie. Après ton exploit, tu vas retrouver tes parents ! Bises

  2. Alexandre

    J’adore la dernière photo ! 🙂 Biz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :