De Port Stephens à Pambula

Me voici à peu près à la moitié de mon voyage. A y regarder la carte, je m’impressionne d’avoir déjà parcouru autant de kilomètres sur un pays aussi vaste qu’est l’Australie.

carte_trip

Merci Marie-Anne pour cette idée lumineuse !

Direction Port Stephens. Je prends un bus de Sydney pour remonter vers le nord. De là-bas je retrouve Simon, l’australien que j’avais rencontré à Byron Bay.

Je réalise que je ne suis plus capable de parler anglais. 3 semaines à Bali avec Laurent et une semaine à Sydney avec des français ont suffi pour me faire tout oublier. C’est extrêmement désagréable et toujours aussi frustrant.

Nous essayons d’aller surfer tous les matins. Les plages sont magnifiques. Très sauvages avec des dunes tout le long du littoral. Le paysage est tel qu’on se croirait parfois en plein milieu d’un désert du Maghreb. On y organise même des balades en dromadaires.

0141019_115807

Mon premier jour de surf reste un peu laborieux mais lors du second, je parviens à me hisser trois fois sur le long board. Ce sport est décidément très difficile. A regarder les surfeurs je me suis longtemps imaginée que ça n’avait pas l’air bien compliqué. Une fois devant la vague on réalise d’abord que la vague est bien plus impressionnante qu’elle en a l’air de la plage. Puis on se rend compte qu’il faut beaucoup de force dans les bras pour parvenir à y glisser ses pieds et que perdre l’équilibre est très vite arrivé.

Après l’effort j’ai dégusté quelques huîtres en front de mer, sous un radieux soleil. Ici on ne les mange pas vivantes mais légèrement cuites.

0141019_120847

Les pélicans sont très présents à Port Stephen. Nous assistons à leur rassemblement d’après pêche. Des plaisanciers viennent éplucher leurs poissons une fois à terre et un attroupement de pélicans attendent très attentivement que les pêcheurs daignent leur jeter les restes. Nous assistons ensuite à très beau couché de soleil sur la baie de Port Stephens.

IMG_1196

A bord d’une vedette de touristes nous partons observer les baleines au large de la baie. Contrairement à l’expédition en kayak à Byron Bay,cette fois, j’ai la chance d’en apercevoir. Trois baleines se donnent en spectacle à proximité de notre bateau. Ce sont des baleines à bosses et il est courant d’en voir ici à cette époque de l’année.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Simon et moi nous nous entendons très bien. C’est le meilleur prof d’anglais que je n’ai jamais eu. Après trois jours, j’ai le sentiment que mon anglais c’est nettement amélioré. Il est le genre de personne qui m’a enlevé beaucoup de préjugés sur les australiens. Il est intéressant et très orienté politiquement (grand défendeur de l’écologie et voue une haine viscérale à l’actuel premier ministre Tony Abbott). Avec lui j’ai de sérieuses conversations et je me suis surprise à pouvoir les tenir en anglais.

IMG_20141025_133239

Nous quittons les magnifiques plages de Port Stephens pour les montagnes à proximités de Sydney, les Blue Mountains. Elles portent ce nom car vues à distance, elles renvoient un reflet bleu généré par les essences volatiles des forêts d’eucalyptus. Nous marchons de courts instants pour admirer de fabuleux points de vue et une magnifique chute d’eau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous atteignons Jervis Bay dans la soirée. Le vent s’est levé et la mer est assez agitée. C’est une tout autre plage que nous découvrons le lendemain une fois le vent calmé.

IMG_1374

Un peu plus tard nous faisons une petite halte à Mollymook. Pendant que Simon surfe des vagues un peu trop puissantes pour moi, je pars nager quelques instants. Je ne m’attarde pas car je suis seule dans l’eau et la plage est déserte.

IMG_20141023_142903

Le soir nous arrivons à notre destination finale, Lochiel. Simon doit y récupérer quelques affaires qu’il a laissées chez sa mère, Margaret. Celle-ci habite avec John, son compagnon, dans une agréable maison tout en haut d’une colline. De la terrasse, on a vu sur la mer, sur d’autres collines verdoyantes et sur des bosquets parsemés d’où sortent de temps en temps quelques kangourous. La maison et son jardin ont été conçus sur le concept de la permaculture. Il règne ici une ambiance un peu bohème et relaxante. Je dors d’ailleurs dans une caravane, ce qui donne encore plus de charme à cette parenthèse bucolique. On y mange et on y est accueillie très bien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On retrouve l’esprit du village dans les marchés locaux qui ont lieu dans les environs. Là-bas on ne vend que des produits bios fabriqués ou cultivés dans les alentours. On peut déguster quelques gâteaux anglo-saxons à une table qu’on partage avec des voisins plus ou moins éloignés. Le tout accompagné de musique interprétée par un groupe du coin.

Non loin de là, il y a un village de pêcheurs qui s’appelle Eden. Nous assistons au retour de la pêche. On extrait de la cale des poissons que je n’avais jamais vus auparavant. La tête d’un requin est exposée tel un trophée sur le pont du chalutier. Mouettes, pélicans et cormorans attendent avec espoir que les pécheurs ne les oublient pas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’améliore progressivement mon surf. Je suis toujours très impressionnée par les grosses vagues au loin. Aussi je me contente de celles plus au bord. J’arrive à les surfer mais toujours sur une très courte durée car elles se transforment vite en petits embruns qui viennent s’évanouir sur le sable.

Ici j’ai l’impression que le temps s’est arrêté. Les journées se ressemblent beaucoup. Repos, surf, cuisine et pub rythment mes journées. De temps en temps, d’autres petits évènements viennent s’insérer dans la routine : un homme est venu un jour tondre les moutons, j’ai eu l’occasion d’observer un échidné dévorant le repas qu’on lui servait dans un parc animalier…

IMG_1470 IMG_1506

Malheureusement toute bonne chose a une fin et ces quelques jours au paradis sont terminés. Je pars le cœur lourd et je ne suis pas sûre de ne pas pleurer à l’idée de laisser Simon, Margaret et John. Je pense sans trop m’avancer avoir rencontré ici les gens les plus gentils et accueillants de tout mon voyage.

IMG_1644

Publicités
Catégories : New South Wales | 6 Commentaires

Navigation des articles

6 réflexions sur “De Port Stephens à Pambula

  1. Brigitte

    Merci pour ce petit voyage virtuel ! Profites au maximum de ces bons moments. Bises

  2. Marie-Anne

    Mais quelle merveilleuse idee cette carte !! ;-))))
    Thank you pour la dedicace, sweetie…
    Et te voilà repartie pour de nouvelles aventures…
    Bon ben moi je retourne devant mon ordi… (Woohooo !!! Groovy !!!)

  3. Brigitte

    je confirme, très bonne idée la carte !!

  4. Em

    Tu me fais rêver! Ca me rappelle tellement de bons souvenirs, c’est une autre vie… @ + Aurélie la surfeuse

  5. Chloé

    sympas ces petits diaporamas! Que de beaux paysages! Profites bien petite surfeuse. bises.

  6. alaix

    Très sympa 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :