Un saut sur l’île voisine : Lombok

Le ferry pour Lombok s’éloigne progressivement de Padang Pai. Nous quittons Bali vers une île voisine d’Indonésie. Après avoir englouti notre habituel banana pancake au petit déjeuner nous avons embarqué à bord avec notre scooter.

Banana_pancake

Les derniers jours sur Bali furent riches en découvertes. En une journée, nous avons visité quelques incontournables.

La veille, nous avions assisté à un intéressant spectacle de danses balinaises sur Ubud.

Danse

Le lendemain, nous sommes partis à la fraîche voir le temple Goa Gadja, la grotte de l’éléphant. Le temple n’était pas encore ouvert au public, on nous a quand même laissé entrer gratuitement. Le lieu était désert. Nous étions privilégiés. Au milieu du site, des bassins où nageaient de grosses carpes constituaient la part principale du temple. Sur le côté, une grotte intrigante invitait les aventuriers à y entrer. Une épaisse fumée d’encens stagnait dans la partie supérieure du tunnel. La tête dans ce nuage odorant j’ai parcouru quelques mètres pour arriver sur une petite salle où des offrandes étaient déposées dans des niches creusées dans la roche.

Grotte_goa_gadja

Nous sommes ensuite partis en direction du Mont Batur. La température sur la route s’est rafraichie. Dans les villages que nous traversions, de nombreux artisans taillaient la pierre ou sculptaient le bois. Une femme nous a arrêtés pour nous bénir nous et notre scooter. Sur notre front, elle nous a collé quelques grains de riz.

laurent_moi_benit

La route pour le Mont était longue. J’ai eu le temps d’observer ce qui m’entourait. Les temples sont une part essentielle du paysage balinais. Chaque village en possède plusieurs et certains sont même assez imposants. Des chiens errants, parfois mal en point trainent un peu partout. Nous devions parfois klaxonner pour les faire quitter la voie. Devant certaines maisons, les coqs sont emprisonnés sous des cloches en osier. Dans les fossés, les habitants brulent leurs déchets et des petits feux diffusent des odeurs de fumée un peu partout le long du trajet.

coq

De Penelokan, nous avons admiré la vue sur le Mont Batur. Nous n’avons pas envisagé l’ascension car nous avions laissé nos chaussures de marche à Kuta.

mont_batur

L’air s’est adoucit sur le chemin pour Besakih, le plus grand temple de Bali. Nous n’avons pas pu pénétrer à l’intérieur car il est interdit aux touristes. Nous avons quand même pu admirer les merus (toits successifs en chaume) et les balinais en procession qui viennent en masse se recueillir sur les lieux.

processionmerut

De magnifiques rizières s’étendaient de part et d’autre de la route pour Amed. Plus nous avancions vers l’Est et moins nous rencontrions de touristes. Il faisait maintenant vraiment chaud et l’air de la mer n’y changeait rien. Nous pensions juste déjeuner dans ce village, nous y avons finalement passé quatre heures. Loin de la cohue touristique, dans un petit boui-boui les pieds dans l’eau nous avons apprécié la tranquillité et l’ambiance qui y régnaient. Sur une plage de galets et de sable noir, les embarcations de pêcheurs qu’on appelle les prahus patientent avant de prendre le large. Après un délicieux pepes de calamars (cuisson dans des feuilles de bananes) pour sommes allés explorer les fonds avec les masques et tubas que nous avons loué à l’hôtelière.

Est-ce parce que je ne m’attendais à rien concernant les fonds sous-marins de Bali ? J’ai trouvé ça fabuleux et je crois même avoir plus apprécié la faune et la flore sous-marines de Bali que celle de la grande barrière de corail en Australie. J’ai vu une quantité de poissons différents, tous très colorés. Malgré quelques pneus qui reposaient depuis surement bien longtemps à côté des coraux, ce spectacle dans une eau chaude et claire en valait vraiment la peine.

Ca été dur de se motiver pour reprendre le scooter. La route qui longeait la côte était très belle. Les touristes avaient désertés les lieux et seuls des locaux nous faisaient des signes amicaux de la main pour nous souhaitaient la bienvenu. Nous avons craint la panne d’essence pendant quelques instants mais nous avons heureusement trouvé de quoi nous approvisionner en haut d’une côte.

route_amed

En chemin nous nous sommes promenés dans les allés du Water Palace. Un joli parc au milieu duquel siège un gracieux bâtiment entouré de bassins.

water_palace

De nuit, nous avons enfin atteint PadangPai. Nous n’avons pas vraiment eu le temps de voir à quoi ressembler ce petit village de pêcheurs de jour car les 5 heures de navigation pour Lombok nous ont obligés à vite embarquer le lendemain matin.

L’île de Lombok est de plus en plus proche. Je dois réveiller Laurent qui semble dormir profondément sur les banquettes du bateau. La végétation ici paraît plus sèche. Seuls les cocotiers apportent un peu de fraicheur et de verdure à l’île.

Laurent_dort

Lombok

epave

Nous débarquons et déjà l’ambiance change de Bali. Les mosquées ont remplacé les temples, certaines femmes et jeunes filles portent le voile. Nous ne croisons aucun touriste sur la route pour Kuta. Nous trouvons de coquets bungalows en bambou pour les deux nuits que nous allons passer ici.

Nous réalisons au petit matin que les quelques cookies que nous avions laissé sur un meuble pendant la nuit ont disparu. Nous avons accusés les singes, le voisin australien (un peu perché d’ailleurs) a mis ça sur le dos des geckos. Le soir suivant juste avant d’éteindre la lumière je lève la tête, perturbé par un bruit. Je vois alors deux rats qui se promènent en haut du mur. Je comprends alors où sont passés nos cookies.

Nous partons d’abord explorer l’Est  de Kuta. Nous arrivons dans un village de pêcheurs. Pendant que nous regardons un panneau dissuasif sur la pêche à l’explosif et au cyanure, un homme nous aborde et nous propose de nous amener avec son bateau sur un bon spot de surf. Nous partons alors le lendemain à bord de son petit bateau de pêche sur les vagues de Gerupuk. Je reste à flâner dans le bateau pendant que Laurent part surfer de puissantes vagues. Je saute à l’eau pour me rafraichir et je passe le reste de mon temps à prendre quelques photos et à ne rien faire, bercée par le début des vagues surfables et le murmure mélodieux du pêcheur. Nous sommes entourés par des parcelles construits pour cultiver des algues qui servent à fabriquer des gélules et des cosmétiques.

bateau_pecheur

laurent_surf

moi_bateau

Les plages à l’Ouest de Kuta sont magnifiques. Sur la première, Mawun, nous nous baignons dans une eau bleu turquoise. C’est une grande crique où la plage tombe à pic et des vagues énormes viennent s’écraser au bord. Passé les vagues, il est agréable de se baigner dans une chaude et profonde.

mawin

Sur la seconde, Mawi, nous observons les surfeurs tout en dégustant le lait puis la chaire encore tendre d’une noix de coco fraichement coupée.

aurelie_noix_de_coco

Enfin sur la troisième, Selong Blanak, nous louons une planche et Laurent me donne une petite leçon de surf d’une heure. Des vagues, peu inquiétantes du bord, sont en fait assez violentes et je bois la tasse à de nombreuses reprises. Je réussi vaguement à me hisser sur la planche au bout d’une heure puis je capitule. Je suis rincée.

 

laurent_scooteraurelie_planche

Fatiguée, je m’endors le soir sans penser aux rats mais à 4 heures et demi du matin le chant du muezzin et les cris du coq me réveillent en sursaut. D’habitude, j’aime l’exotisme mais j’avoue qu’à cette heure si matinale je le maudis.

Nous passons la soirée à Sengigi. Pendant que nous assistons au coucher de soleil, plusieurs locaux viennent nous parler. Conscients que la maîtrise de l’anglais est essentielle pour tirer profit des touristes qui viennent en masse, ces derniers nous abordent pour pratiquer l’anglais.

Nous embarquons le lendemain dans un petit bateau pour Gili Trawangan. Une des trois îles paradisiaques à proximité de Lombok. J’ai l’impression d’être une réfugiée qui cherche à immigrer clandestinement. Il n’y a pas un touriste avec nous et nous tentons tant bien que mal de nous faire une place entre les cargaisons de vivres et les passagers.

clandestins

L’ambiance change dès que nous mettons les pieds sur l’île. Des touristes, des hôtels, des restos, des locations en tout genre jonchent le paysage. On nous avait prévenu que l’île était réputée pour la fête et les jeunes australiens ivres jusqu’à tard le soir. Je comprends rapidement pourquoi on nous a tenu ce discours… Après 10 jours sans avoir bu une goutte d’alcool, Laurent et moi redécouvrons les joies des cocktails. Après une délicieuse langouste cuite au barbecue nous enflammons la piste de danse jusqu’à la fermeture du bar.

D’attaque le lendemain, nous allons explorer les fonds sous-marin des Gili en snorkeling. Cette fois je suis formelle, c’est la plus belle vie aquatique que je n’ai jamais vue. Je me crois dans un aquarium sans paroi, rattrapée parfois par d’agréables courants chauds. Toutes les cinq minutes j’ai l’impression de découvrir un nouveau poisson. Je les observe attentivement et je suis émerveillée devant tant de couleurs et de motifs. Nous concluons en beauté cette excursion sous la mer par la rencontre avec quelques tortues.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre dernière soirée aux Gili restera mémorable. Par le plus improbable des hasards je retrouve Cookie, une amie française de Cairns. Je suis tellement heureuse de tomber sur elle. Nous fêtons nos retrouvailles comme il se doit. Le réveil le lendemain sera très dur (surtout pour mon compagnon de voyage… Désolée Laurent, je balance mais parce que je sais que ta famille à toi ne lit pas ces lignes). La journée fut une épreuve, à commencer par le retour sur notre bateau de clandestins à 8h du matin. Au revoir les Gili, au revoir Lombok, Bali, nous sommes de retour…

cookie_moi

Publicités
Catégories : Indonésie | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Un saut sur l’île voisine : Lombok

  1. Brigitte

    Tu as découvert un paradis sur terre !!
    Quitter ces iles doit être difficile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :