Rockampton, l’heure du départ

Le départ de Rocky – c’est comme ça que les gens d’ici appellent Rockampton – est imminent. Ces trois semaines sont passées à une vitesse impressionnante. Je me revois encore à la descente de mon bus appréhender la rencontre avec ma nouvelle famille d’accueil… Le bilan est positif. Je me suis toujours bien entendue avec tout le monde et je quitte des personnes auxquelles je me suis beaucoup attachée.

Tout n’a pas toujours était idyllique bien sûr. Je me suis parfois un peu ennuyée, je dois bien le reconnaître. Même si Michaela donnait souvent l’impression qu’elle était débordée et que ses soupirs et son regard désespéré voulait nous fait croire que jamais elle ne s’en sortirait, il nous est souvent arrivé de flemmarder. Parfois pendant plus de deux heures sur le canapé avant d’aller chercher les enfants après l’école. J’ai donc passé ce temps à écrire dans ce blog, écrire des mails, bouquiner et passer… quelques niveaux de Candy Crush. Enfin sur le canapé… sur le peu de place que j’y trouvais car le linge propre qui s’y entassait à mesure des jours avait tendance à gagner du terrain…

Et puis il y a eu aussi ces interminables journées passées en concours hippiques. Tous les dimanches nous partions avec les chevaux dans les environs de Rockampton pour faire participer les deux filles à des épreuves équestres qui n’en finissaient pas.

Certes Michaela n’était pas parfaite mais j’ai été vraiment ravie de faire sa connaissance. Comme pour kangaroo island avec le fermier, c’était finalement ma seule vrai vie sociale. Et j’ai réalisé que je l’ai été aussi pour elle pendant trois semaines. Évidemment nous avons pu créer des liens forts. Elle s’est beaucoup confiée à moi, nous avons parlé des fois pendant des heures. Même si ça m’a souvent demandé un gros effort de concentration j’ai assez bien compris la conversation. J’étais épuisée après mais je crois que je n’ai jamais autant progressé en anglais en si peu de temps. Michaela est ainsi devenue bien plus qu’une hôte, c’est aussi devenue une amie.

Elle a toujours voulu s’assurer que je passais du bon temps avec eux. Nous avons donc eu l’occasion de sortir de la ferme à plusieurs reprises. Elle m’a emmené au centre culturel aborigène où j’ai eu l’occasion de m’exercer au boomerang, au zoo de Rockampton où j’ai vu cette fois de vrai Cassoar, à la ferme aux crocodiles où j’ai tenu dans mes bras un bébé crocodile, à la plage de Yeppon et d’Emu Beach où j’ai passé des moments très drôles avec les enfants.

cassoarIMG_20140905_140824

IMG_20140831_153011

J’ai passé de très bons moments également lorsque je montais à cheval. Parfois pour rassembler le troupeau de vaches soit parce qu’elles s’étaient échappées soit dans le but d’en vendre quelques-unes. L’occasion ne se représentera peut-être jamais et j’ai donc essayé d’en profiter un maximum.

IMG_20140830_122606

kelsea_doodles

J’allais de temps en temps courir pendant une heure dans les environs de la ferme. Le chien m’accompagnait. J’y ai vu au loin des kangourous qui me regardaient curieux, hissés sur leurs deux pattes arrières.

Je me suis délectée de petits plaisirs simples comme de bouquiner au soleil, au calme. Seul le chant des oiseaux et le meuglement d’une vache de temps en temps venait troubler cet agréable instant.

Rapidement j’ai eu l’impression de devenir un membre de la famille. Jamais je n’aurais pu devenir une autre maman car même si j’ai partagé des moments fabuleux avec les enfants à rire, cuisiner, faire des bijoux, me faire coiffer, monter à cheval, faire des châteaux de sable… en cas de chagrin j’étais transparente et je les voyais chercher désespérément leur mère du regard.

michaela_filles

Ils étaient terribles parfois mais ils pouvaient me faire beaucoup rire. Kaiya qui m’a sorti un jour que je chantais très mal (et je sais qu’elle a raison), Kelsey qui m’a dit que ma quiche courgette, thon, moutarde est dégoutante, Cody qui rote à table en se tournant vers moi et Katy qui salissait tous ce que je venais à peine de nettoyer. Malgré tout ça, je n’ai pas pu m’empêcher de les trouver chacun à leur tour adorables et vraiment attachants.

moi_filles

Une fois de plus, je suis toujours un peu mitigée sur l’envie de partir ou de rester. Je suis souvent conditionné par le temps qui m’est imparti. Je sais que je vais rester trois semaines. J’en profite tout ce temps mais je pense aussi à l’après.

Ici je n’ai quasiment pas dépensé un centime. Mon compte en banque se porte par conséquent encore assez bien. Ce qui me permet de mieux appréhender Sydney en octobre où l’argent parait-il, file très vite…

Je ne me suis pas toujours sentie très à l’aise avec Scott. J’ai eu l’impression que celui-ci s’est désintéressé de moi à l’instant même où il a compris que nous aurions de laborieuses conversations. D’ailleurs quand il s’adresse à moi, je me tourne souvent vers Michaela l’implorant du regard pour qu’elle m’aide à comprendre. Et chose très drôle, Scott en fait de même quand je m’adresse à lui. Michaela est notre intermédiaire pour communiquer.

J’ai rêvé d’avoir la vie de Michaela. Ne pas travailler et m’occuper des animaux toute la journée. Être à la campagne, monter à cheval quand je le voulais… Finalement, cette vie-là n’est pas pour moi. J’ai besoin d’être en contact avec des gens, d’avoir une vie sociale à l’extérieure de ma maison, de pouvoir voyager parce que je n’ai pas pleins d’animaux à nourrir… Et puis 4 enfants… 4 enfants ! On peut vite tomber dans le cliché de la femme au foyer qui prend du poids parce qu’elle s’ennuie et qu’elle n’est pas épanouie. D’ailleurs du poids j’en ai encore pris en étant ici, et c’est aussi pour ça qu’il faut que je m’en aille.

fish_&_chips

Bizarrement Paris me manque parfois. Mes amis, mes soirées, mon appartement, mes habitudes… toutes ces petites choses qui rassurent, qui me cadrent. Ne pas pouvoir se projeter est angoissant. Je me pose toujours en tas de questions. Et si je n’arrive pas à me faire des amis après, et si je me sens seule, et si je n’ai plus d’argent, et si je ne trouve pas de travail, pas de logement… L’aventure c’est génial mais ça ne repose pas toujours l’esprit.

L’heure du bilan donc c’est surtout de dire que cette expérience aura été exceptionnelle. L’Australie comme je l’imaginais c’était ça ! Le paysage secs, les kangourous dans la nature, le ciel toujours bleu, le soleil qui tape, les troupeaux de vaches un peu partout, les sorties à cheval, les australiens et leurs chapeaux de cowboys…

J’ai eu la chance de découvrir tout ça grâce à une famille fabuleuse.

Et comme il ne faut pas abuser des bonnes choses, il est temps de partir avec le meilleur en tête.

Publicités
Catégories : Queensland | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Rockampton, l’heure du départ

  1. sabine

    Where are you going next?
    Regarding Englih course, unfortunately there is no higher level than the one we had last year. Since I am working more and more on proofreading (correction) and rewriting texts translated from English to French, I’ll probably go for the translation course in the next session of February… if I pass the exam!
    Here in Paris we are finally enjoying an Indian summer and I am working as often as I can on my balcony to enjoy sunbathing!
    We’re still trying to set up an English conversation group with Danielle and Lyda, but everyone seems to have much in her plate right now, so maybe we’ll start later on.
    Hope your next stop will be as much interesting as this one. Will be lloking forward to reading more on your blog.
    (hugs)

  2. Brigitte

    Toujours aussi ravie de lire ton blog. Tu as du passer de très bons moments dans cette famille .Je te souhaite de continuer à faire de belles rencontres..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :