Cherche travail sur Cairns

Fini la tente, fini la vaisselle à l’eau froide, fini les douches une fois tous les trois jours… ça y est, je suis enfin en ville.

Cairns, une ville de 150 000 habitants, des palmiers, une ambiance estivale et un paquet de français. Trop, beaucoup trop. Le backpacker hôtel dans lequel je suis en est remplie à 75%. L’immersion en anglais devra malheureusement attendre. L’Australie n’est finalement pas le meilleur endroit pour apprendre la langue.

A proximité de la bibliothèque, j’entends dans les arbres des sons bruyants. Je constate en m’approchant que des chauves-souris y vivent en grappe. Pas les petites roussettes que nous voyons voler de temps en temps en soirée en France, non, des chauves-souris avec une tête beige et des ailes de 40 cm d’envergure. Exactement comme dans les films de vampires.

CS_grappe CS

L’auberge de jeunesse est plutôt sympa. Certains semblent être là depuis longtemps et restent un peu trop ensemble. En revanche c’est assez sale. J’ai dû demander un balais pour nettoyer ma chambre tellement la poussière était omniprésente. On ne m’a heureusement pas laissé passer le balai et on m’a gentiment mise toute seule dans une chambre de six.

chambre

Le premier soir, nous discutons avec une française qui est déjà venue en Australie 2 ans auparavant. Ce qu’elle nous dit est vraiment intéressant. Pour elle, les choses ont vraiment changé depuis sa dernière fois. Les français viennent en masse. Ils sont mal vus dans beaucoup d’endroits. On nous refuse le travail dans les fermes sous prétexte que nous sommes français. Malhonnêtes et peu fiables, c’est la réputation qui nous colle ici. Les backpackers galèrent vraiment pour trouver du travail. Ce qui est logique puisqu’on est trop nombreux. Pas de travail, pas d’argent et donc ils volent. L’ambiance générale en pâti. Bref, le rêve de l’Australie, ce n’est plus ce qu’il était.

 

J’ai les pieds abimés par la poussière, l’air sec et les chaussures ouvertes. En cherchant une crème, dans une trousse oubliée au fond de mon sac depuis 3 semaines, je tombe sur un mille-pattes tout sec de Kangaaro Island. Ça ne me dégoûte même plus. Je souris même en repensant à ma première soirée dans ma maison isolée sur l’île.

En revanche, je suis beaucoup plus écœurée quand je tombe sur de monstrueux cafards dans la salle et la cuisine de l’hôtel. Je n’ai jamais vu d’aussi gros cafards. Je les déteste presque plus que les araignées.

IMG_20140703_201236

J’ai réussi à régler mon problème de portable. Je me suis rendue dans une boutique spécialisée. Je n’ai rien compris de ce que la vendeuse m’a dit mais en le réinitialisant, il a enfin pu s’allumer. J’ai perdu beaucoup choses, des fichiers, des applications (je dois recommencer Candy Crush depuis le début !)J’ai dû réinstaller Viber et Whatsapp et donc m’inscrire avec mon numéro australien.

Deux jours plus tard, mes CV sous le bras, je pars faire la tournée des cafés et pâtisseries. Dans le premier ce fut un non condescendant, dans le second j’ai vu la manager. Nous avons un peu parlé et j’ai laissé mon CV. Dans les suivants, parfois une réponse négative et parfois on m’a demandé de laisser un CV. J’ai dû donner une dizaine de CV sans me faire trop d’illusions. Souvent on me demandait si j’étais résidente permanente. On me faisait alors comprendre que sans ça, il n’y aurait pas de travail pour moi. Je me suis alors rendue dans une agence d’intérim. La femme qui m’a accueillie m’a fait comprendre que sans voiture, on n’aurait rien à me proposer en restauration, ils cherchaient en revanche des femmes de ménages (housekeeping, ça fait plus classe). J’ai donc passé une demi-heure à remplir un questionnaire débile pour savoir quelles étaient mes réactions face à certaines situations.

IMG_20140704_145938

Ensuite, la femme m’a demandée de la suivre dans une pièce où se trouvaient toutes sortes d’ateliers. Une table de restaurant, un bar, un lit… J’ai dû défaire et refaire un lit devant ses yeux. Apparemment, je ne savais pas faire un lit… Malgré cet « entretien » raté elle a quand même retenue ma candidature. Elle a fini de m’achever en me disant que de tous les français qu’elle avait rencontrés, mon niveau d’anglais était le pire. Je eu l’impression d’avoir passé mon après-midi là-bas. J’aurais dû sauter de joie d’avoir trouvé un travail, le premier jour de mes recherches en plus, mais je ne parvenais pas à être contente. Sa réflexion sur mon anglais peut-être, le fait que j’aurais préféré trouver en restauration, que le travail nécessitait une heure de navette juste pour aller là-bas, et qu’en étant femme de ménage, je ne risquais pas de beaucoup parler anglais.

De retour à l’auberge de jeunesse, tout le monde m’a dit que j’avais une chance monstrueuse et qu’à priori le salaire était plutôt intéressant. Deux filles de l’hôtel se sont rendues dans la même agence d’intérim deux jours plus tard. On leur a pris leur CV mais ça n’a pas donné suite.

Le soir, c’était le match de la coupe du monde. Allemands et français étant en nombre à Cairns, la soirée s’annonçait animée. Il fallait attendre 2h du matin avant de pouvoir voir le match. Nous sommes allés dans un bar. C’était la première fois depuis que je suis là, que ma soirée ressemblait à celles que je passe de temps en temps à Paris. Nous avons bus quelques cocktails et nous avons dansé. Le match a commencé et j’ai loupé le premier but de l’Allemagne. Je ne pouvais rentrer sur la terrasse qui était remplie de monde. Le vigile a fini par me laisser entrer car quelques personnes étaient sorties. Les deux camps étaient suspendus à la télé. Certains commençaient à être ivres. L’ambiance était tendue. Une bagarre a failli éclatée. Nous sommes sortis déçus d’avoir perdu.

IMG_20140705_024604

Le lendemain personne n’en parlait plus. Même les allemands, fairplay, ne nous lançaient pas leur victoire à la figure. Ce soir-là, j’ai discuté avec quelques personnes. J’ai rencontré un cuistot qui travaillait dans un restaurant français. Il m’a dit qu’ils cherchaient une serveuse.

Pleine d’espoir, je me suis rendue dans le restaurant en question le lendemain. Le gérant, un français, m’a dit qu’il était complet. Déçue je ne me suis pas laissée abattre et j’ai encore redéposé quelques CV dans les restaurants environnants.

En bande, nous passons l’après-midi au lagoon. La ville de Cairns a aménagé une sorte piscine face à la mer. Les touristes ont alors les avantages de la plage sans les risques des animaux dangereux qui peuplent la mer.

lagoon

Nous ne sommes pas sortis le soir. Fatiguée de la veille j’ai même pensé aller me coucher tôt. Finalement, nous avons commencé à discuter et le temps a filé en une seconde. J’ai eu mon premier fou rire depuis que je suis en Australie. Bien trop difficile à expliquer par écrit, et susceptible de tomber complètement à plat. Juste, j’ai ri, ri à en avoir mal aux abdos, ri à en pleurer presque. Mais nous avons aussi parlé plus sérieusement. Chacun raconte ses galères pour trouver du travail. Décidemment, l’eldorado n’est plus le mot pour décrire l’aventure des backpackers en Australie.

J’adore rencontrer chaque jour de nouvelles personnes. J’aime essayer de comprendre à qui j’ai affaire. Décrypter les personnalités de chacun. Creuser un peu et savoir ce qui les amène ici.

Je me sens parfois un peu en décalage avec certaines personnes de l’hôtel. Je suis clairement la plus vieille. Les gens ont beau me dire que je fais plus jeune, mes 9 ans d’expérience professionnelle font quand même la différence et me rappelle trop souvent que j’ai déjà 31 ans. Je n’ai encore rencontré personne ici qui ait moins de 28 ans. Certains sont encore des bébés. Je les admire, je n’aurais jamais eu le cran de partir à leur âge.

Publicités
Catégories : Cairns, Queensland | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Cherche travail sur Cairns

  1. Alexis

    Sois pas dég, t’es pas si vieille! et non tu n’es pas la plus vieille, ya 2/3 papi à l’auberge 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :