Kangaroo Island : les premières impressions

Tôt le matin je prends le car pour Cape Jervis. De là je pars en ferry pour Penneshaw, une petite ville sur Kangaaroo Island. Magnifique paysage sur le trajet. Paysage vallonné et verdoyant, sur fond de vignes et de soleil levant.

Damien, le fermier chez qui je vais passer un nombre encore indéfini de jours, prend le même ferry que moi mais plus tard. Je vais devoir passer le temps à Penneshaw pendant 7 heures. Pensant laisser mon sac à la compagnie de ferry et me balader dans la ville de l’embarcadère, je ne suis pas inquiète de la façon dont je vais occuper mon temps.

IMG_6942

Malheureusement, personne n’a voulu de mon sac (très lourd) et j’ai dû me résigner à le garder auprès de moi toute la journée. Mes possibilités de promenades étaient alors très limitées.

Je me suis dans un premier temps installée sur une aire de pique-nique. Le temps était parfait. L’air était doux et j’avais vue sur la mer. Un groupe de jeunes garçons typés aborigènes sont même allés se baigner. J’étais assez impressionnée dans la mesure où moi j’avais un pull, une veste et un foulard autour du cou.

J’ai lu, écris, observé la mer. Je n’ai pas fait beaucoup de rencontres. J’imagine donc, sans vraiment de surprise, que cette île n’est pas une destination prisée des touristes à cette époque de l’année.

En explorant un peu les environs, je trouve la place parfaite pour bouquiner. J’y passe un certain temps jusqu’à ce que les premières gouttes de pluies fassent leur apparition. Je pars m’abriter dans les locaux de la compagnie de ferry.

IMG_6933

Je pars ensuite m’aventurer sur le quai du petit port. Belle surprise à son extrémité, car j’y fais la rencontre de quelques phoques. Je passe un certain temps à les observer. Malheureusement je ne parviens pas à faire une photo satisfaisante. Ces derniers ont la bougeotte et ne sont pas assez près.

J’arrive à passer 7 heures sans m’ennuyer dans un si petit périmètre. Damien finit par arriver. Voilà comment je pourrais vous décrire Damien : 40 ans, plutôt bel homme, mais assez rustre. Casquette sur la tête et chewin gum qu’il mastique ostensiblement. Un physique assez proche de ce que j’imaginais de la majorité des australiens finalement. J’ai une bonne compréhension de son anglais et pendant le trajet jusqu’à sa ferme, nous avons de réelles discussions. J’apprendrais quelques jours plus tard qu’il est marié et qu’il a trois enfants.

J’ai trouvé cette opportunité de travailler dans sa ferme grâce au site Helpx. Le concept est le suivant : je travaille bénévolement, et en échange je suis nourrie et logée.

Après une heure de route, dans une nuit sombre et merveilleusement étoilée, sur des routes désertes et rudimentaires où il faut éviter les opossums et les kangourous qui traversent, nous arrivons enfin à la ferme de Damien. Celle-ci se trouve en plein milieu de l’île, à proximité d’un bled qui s’appelle Parnadana.

 

J’ai ma propre maison, elle me semble immense. Je crois avoir compté 5 chambres. Je comprends que durant la saison haute, Damien a besoin de beaucoup de mains d’œuvre pour ramasser les pommes de terre. Cette maison leur est donc réservée.

La déco est un peu vieillotte et ça ne sent pas vraiment bon, un mélange de feu de bois, de renfermé et de rat mort. Il fait froid et certaines pièces sont couvertes de mille pattes. Quand Damien me laisse, je me sens un peu démunie, je ne sais pas vraiment par quoi commencer. Je me donne donc un bon petit coup de motivation et je commence par débarrasser la chambre que j’ai choisie de tous ces milles pattes. Il est hors de question que je dorme avec toutes ces bestioles à mes pieds.

 

L’aspirateur n’ayant pas l’air de fonctionner de manière optimale, c’est avec un couteau et une pelle à balais que je les déloge un par un.

IMG_7014

Je change ensuite les draps, je range mes courses, je sors mes affaires et je réagence le salon. Je m’y sens tout de suite bien plus à l’aise.

Je passe une bonne nuit à proximité du radiateur électrique.

Le lendemain, Damien passe me chercher. Nous commençons par… une leçon de surf !

Mon long board sous le bras nous accédons à une magnifique plage déserte. Première leçon à terre et mise en pratique dans l’eau. Après une dizaine de vagues, j’arrive enfin à me hisser sur la planche. Je suis très fière de moi et Damien semble l’être aussi. Je passe un merveilleux moment, j’en ai encore le sourire aux lèvres. L’eau est claire et finalement pas si fraiche (par rapport au Rozel). C’est mon premier bain dans la mer d’Australie. Le jour d’après, j’arriverai à prendre bien plus de vagues.

IMG_6944

IMG_7015

Damien a quatre maisons sur l’île. L’une est au bord de la plage. Nous pouvons donc nous rincer avant de commencer à vraiment travailler. Je le suis sur la terrasse où je situe la douche et j’attends qu’il ait fini avant de prendre sa place. Sans hésiter Damien hôte sa combinaison et en m’adressant à lui, je m’arrête net, les yeux écarquillés sur une paire de fesses. Très mal à l’aise (et sûrement rouge écarlate) je détourne le regard, je lui tourne même carrément le dos. J’hallucine de constater à quel point il n’a aucune pudeur et ma gène ne semble pas lui poser de problème (désolée les filles, je n’ai pas de photo pour illustrer la situation). J’en rigole maintenant mais je peux vous assurer que sur le moment, je ne faisais pas ma maligne. Il me répond et je crois bien que si je n’avais pas eu le dos tourné, ce n’est pas une paire de fesses que j’aurais pu voir…

Lors d’une conversation que j’aurai plus tard avec lui dans le tracteur, il m’apprendra que les australiens n’ont pas aucun aucun problème avec leur corps, ils n’ont pas de complexe et pour preuve, il y aurait beaucoup de plages naturistes en Australie. D’après ce que je comprends, pour lui les français ont un soucis avec leur image.

 

Je prends ma douche (en maillot !!!) très rapidement et nous nous rendons à son office. Ce qui me permet d’y voir un peu plus clair sur ce qu’est exactement son business. Il a deux races de moutons, l’une pour la laine, et l’une pour la viande. Il vend aussi des pommes de terre, et il a un élevage d’écrevisses.

IMG_6974

IMG_6973

Comme il a besoin de déplacer son tracteur je le suis avec sa voiture. Je conduis donc pour la première fois un pickup up, à gauche, sur des routes en terre. De temps en temps je croise quelques carcasses de kangourous ou d’opossums écrasés pendant la nuit.

IMG_6979

L’après-midi je le seconde pour réparer une sorte de charrue qui va lui permettre de labourer et semer l’orge pour nourrir les moutons. Le lendemain, il est prévu que je conduise son tracteur.à 100 000 $. C’était comme du coloriage, nous avons repeint en brun une grande étendue d’herbe verte avec une charrue en guise de pinceau.

Il me laisse vers 17h30 et me montre comment faire le feu dans la cheminée et où aller trouver le bois.

Je pars me préparer un thé puis je m’emmitoufle dans ma couette, au chaud sur le canapé. L’odeur du feu de cheminée a pris le dessus sur toutes les autres odeurs désagréables. Je m’étonne d’apprécier autant la solitude. Ça me fait presque peur, mais ça me donne l’inspiration nécessaire pour vous faire partager ces deux premières journées sur Kangaarou Island.

IMG_6993

Publicités
Catégories : South Australia | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Kangaroo Island : les premières impressions

  1. leslie

    coucou Aurélie,
    Super chouette ton blog, merci de nous faire partager quelques moments de ton voyage, magnifiques, drôles, touchants.. Profites, profites, profites.. tu es resplendissante.. des bises. Lesli et Jo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :