Quelques jours à Adélaïde

Adélaïde est une petite ville, comparée à Melbourne. Pas besoin de carte, les pieds suffissent pour découvrir l’essentiel de la ville.

J’ai donc passé trois jours à déambuler dans la ville. J’ai l’impression que chaque ville australienne a son Chinatown. Les magasins et restaurants chinois sont omniprésents dans cette partie de la ville.

IMG_6729

IMG_6705

J’ai visité deux musées dont l’un m’a particulièrement beaucoup plus. Le premier « South Australia Museum » est un musée d’histoire naturelle comme on peut en voir beaucoup dans toutes les grandes villes du monde.

Le second “Art Gallery of South” est un très beau musée où sont exposées des œuvres d’art australiennes, aborigènes et européennes. Comme pour le premier musée, des visites guidées gratuites sont proposées aux touristes. J’étais la seule que ça semblait intéresser si bien que j’ai eu une guide rien que pour moi. Même si je ne pense pas avoir saisi toutes ses explications j’ai apprécié l’écouter.

IMG_6804IMG_6846

Je me suis promenée dans le jardin botanique où j’y ai vu des oiseaux encore un peu particuliers.

IMG_6824IMG_6832IMG_6834

J’ai traversé Rundle Street, la principale rue commerçante d’Adélaïde.

IMG_6865

Le lendemain Yuliana et moi sommes allées nous promener dans Central Market. Un marché couvert très animé où toutes sortes de bonnes odeurs vous donnent faim même après un copieux petit déjeuner.

IMG_6866J’étais ensuite très motivée pour louer un vélo (gratuitement) et aller voir la mer. Malheureusement, tous les vélos étaient déjà loués et l’idée de dépenser 10 $ pour prendre un bus m’a découragée. D’autant plus que le temps se faisait très menaçant. J’ai donc décidé d’aller découvrir les parcs qui entourent Adélaïde.

Après avoir attendu sous un abri de bus que cesse une pluie diluvienne, j’ai fini sur Victoria Square et j’en ai profité pour me rendre dans une jolie cathédrale que j’avais déjà repérée dès mon arrivée. L’ambiance feutrée à l’intérieur et le calme qui y régnait m’ont invitée à me poser quelques instants sur les bancs de la nef. Mes jambes ayant fonctionnées toute une bonne partie de la journée, ce court repos était mérité.

IMG_6897IMG_6900IMG_6904IMG_6912Je suis revenue à l’auberge de jeunesse. Il était très tôt et j’ai trouvé un peu déprimant de passer une bonne partie de ce dernier jour enfermée dans l’hôtel. Malheureusement je n’avais aucune idée de ce que je pouvais faire. J’ai donc passé un peu de temps sur internet, j’ai beaucoup discuté avec un français. Ce dernier m’a d’ailleurs un peu découragée sur le manque d’opportunités de travail et les arnaques en tout genre dont je devrais me méfier.

J’ai dit au revoir à toutes les personnes avec qui j’avais eu des contacts et j’ai filé dans ma chambre pour préparer mon sac avant qu’il ne soit trop tard pour importuner mes colocataires.

Une nouvelle avait pris possession du lit à proximité du mien : une hippie d’un certain âge avec d’immondes dreadlocks blondes. J’ai eu le malheur d’engager la conversation pour la prévenir que je partirais tôt le lendemain et que je risquais donc de faire du bruit. Celle-ci a commencé à me déblatérer sa vie en anglais dans un lonnnnnng monologue. Il ne m’a donc pas fallu beaucoup de temps pour me rendre compte que j’avais affaire à une égocentrique complètement perchée. Elle passait sa vie à voyager et a été incapable de me dire d’où elle venait (car selon elle, elle venait de partout) ni comment elle faisait pour s’en sortir financièrement (car cette question semblait tabou).

Bref au bout d’une heure c’en était trop. J’étais à deux doigts de partir en fou rire tellement la situation était comique. Je cherchais vainement de la complicité dans le regard d’une taiwanaise qui ne semblait rien comprendre et qui donc n’écoutait pas les dires de cette excentrique. Je me suis finalement sentie bien seule et ma seule envie était de l’étouffer avec son oreiller.

Je pensais pouvoir me tirer d’affaire en prétextant que j’étais fatiguée et qu’il m’était devenu difficile de me concentrer sur une telle discussion en anglais. Il y eu une pause pendant une demie seconde et j’ai secrètement été assez fière de moi à l’idée de pouvoir m’en sortir comme ça. Fierté réduite à néant quand soudainement elle me demande si je parle français. J’ai répondu avec un oui hésitant et très inquiet. Ma crainte s’est justifiée quand cette dernière a repris, avec un léger accent québécois, la conversation en français. Evidemment je me suis bien gardée de lui demander d’où lui venait cet accent. J’y ai donc encore eu droit pendant une heure. Elle me parlait de ses conquêtes, d’un type dont elle était tombée follement amoureuse et qu’elle ne pourrait plus jamais remplacer. Bref ce fut une véritable torture et j’ai réussi à y mettre un terme en mimant des bâillements et la coupant une bonne fois pour toute pour lui dire qu’il fallait vraiment que je dorme. Quelques instants plus tard elle me réveille presque en sursaut pour me dire que si je retrouvais son djembé sur Kangaarou Island, je pouvais le garder. Evidemment, je vous épargnerais l’histoire de ce djembé car vous risqueriez à votre tour de m’en vouloir terriblement. Mais vous, chanceux que vous êtes, vous n’avez qu’à quitter cette fenêtre.

Publicités
Catégories : Adélaïde, South Australia | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Quelques jours à Adélaïde

  1. sylvie massart

    je lis ton voyage avec beaucoup d’intérêt, tu écris bien , je te reconnais bien …
    bisous de Saint-Georges.

  2. Sabine

    Ma pauvre Aurélie, j’imagine très bien ta tête pendant cette pénible et longue conversation (ou plutôt monologue)… heureusement, ce n’est qu’une rencontre parmi d’autres, et la plupart, jusqu’à présent, ont été plutôt sympathiques. Toujours un plaisir de lire tes péripéties avec ce style si vivant qui est le tien.
    Sabine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :